Déclaration commune des membres du Conseil de l’EEE


À l’initiative de Mme Katrin Eggenberger, ministre des affaires étrangères du Liechtenstein, les membres du Conseil de l’EEE ont tenu une vidéoconférence le 18 novembre 2020. Ont participé à cette vidéoconférence M. Heiko Maas, ministre fédéral des affaires étrangères de l’Allemagne, M. Guðlaugur Þór Þórðarson, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale au développement de l’Islande, Mme Ine Eriksen Søreide, ministre des affaires étrangères de la Norvège, ainsi que des représentants de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure. Les membres du Conseil de l’EEE ont discuté du fonctionnement général de l’Accord sur l’Espace économique européen (accord EEE) et ont tenu un débat d’orientation sur l’avenir numérique de l’Europe.

À la suite de la vidéoconférence, les membres du Conseil de l’EEE ont adopté la déclaration commune suivante:

COVID-19

1. Nous prenons acte des répercussions de grande ampleur de la crise de la COVID-19 et insistons sur la nécessité de relever ce défi sans précédent dans un esprit de solidarité. En outre, nous nous félicitons de la coopération particulièrement étroite entre l’UE et les États de l’AELE membres de l’EEE. Nous soulignons les efforts déployés conjointement en matière de libre circulation des personnes, de gestion des frontières et de rapatriement des ressortissants bloqués à l’étranger, d’acquisition de médicaments, de matériel médical et d’équipements de protection, ainsi que de recherche et de développement d’un vaccin. Réaffirmant le rôle central que joue l’accord EEE pour tisser des liens étroits entre nos sociétés et nos économies, nous continuons de souligner qu’une telle coopération est nécessaire et qu’il importe d’examiner comment contribuer à atténuer les graves conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19 à l’aide de tous les instruments disponibles. Assurer l’intégrité du marché intérieur et le bon fonctionnement de l’accord EEE demeure une priorité essentielle dans ce contexte.

Coopération au sein de l’EEE

2. Nous confirmons notre soutien à l’accord EEE, qui devrait continuer à servir de base pour les relations futures entre l’UE et les États de l’AELE membres de l’EEE, et nous soulignons l’importance que revêt sa structure à deux piliers. Nous prenons acte des contributions positives qu’apportent les États de l’AELE membres de l’EEE à l’élaboration des décisions concernant la législation et les programmes de l’UE présentant un intérêt pour l’EEE, dans le cadre des comités, groupes d’experts, études et organes auxquels ils participent ainsi que dans le cadre des commentaires qu’ils formulent. Par ailleurs, nous mettons l’accent sur la contribution positive de l’autorité de surveillance AELE et de la Commission européenne au contrôle du respect de l’accord EEE dans tous ses États membres. Nous soulignons qu’il importe d’inviter les ministres des États de l’AELE membres de l’EEE aux réunions ministérielles informelles et aux conférences ministérielles de l’UE organisées par la présidence et présentant un intérêt sous l’angle de la participation de ces États au marché intérieur, et nous nous déclarons satisfaits que le pays exerçant actuellement la présidence, à savoir l’Allemagne, perpétue cette pratique, et que le pays qui lui succédera, à savoir le Portugal, ait l’intention de faire de même.

3. Mesurant l’importance du rôle de la coopération parlementaire et de la coopération entre partenaires économiques et sociaux, nous prenons note de la résolution que le Comité parlementaire mixte de l’EEE a adoptée lors de sa réunion du 16 novembre concernant le rapport annuel du Comité mixte de l’EEE sur le fonctionnement de l’accord EEE en 2019 et des résolutions que le comité consultatif de l’EEE a adoptées lors de sa réunion du 18 septembre 2020 sur le pacte vert et sur la stratégie industrielle.

4. Nous reconnaissons qu’il est nécessaire de renforcer encore les efforts en matière de communication sur l’accord EEE et sur ses effets positifs pour les citoyens et les entreprises. Insistant sur le fait qu’il est dans l’intérêt de toutes les parties contractantes que l’accord EEE soit mieux connu dans l’ensemble de l’EEE, à tous les niveaux, nous appelons l’UE et les États de l’AELE membres de l’EEE à faire en sorte que des informations sur l’accord puissent être facilement obtenues.

5. Nous exprimons des préoccupations concernant les défis qui se posent actuellement en matière de commerce international, à un moment où les chaînes d’approvisionnement mondiales sont soumises à des tensions en raison de la pandémie de COVID-19. Nous réaffirmons notre attachement à un commerce ouvert et équitable et à des relations commerciales fondées sur des règles. Nous réitérons notre soutien à la modernisation de l’Organisation mondiale du commerce…



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *