Coronavirus : comment l’industrie du X réagit à la crise


Aux Etats-Unis comme en France, les acteurs et studios pornographiques doivent affronter, eux aussi, à la crise du Coronavirus. Le secteur, qui a déjà fait face à la crise du sida dans les années 80-90, apparait pourtant totalement désorganisé face à cette nouvelle urgence sanitaire. Et parfois même assez cynique.

La planète est à l’arrêt. Le coronavirus impacte la vie et l’économie du monde entier. Et de fait, l’industrie du porno gay, ses acteurs et ses centaines millions de dollars par an, est également touchée.

Tout a commencé la semaine dernière par une blague de Johnny Rapid. La pornstar américaine, qui en novembre dernier a lancé son propre site en partenariat avec le géant du secteur Men.com a annoncé sur Twitter qu’il « prenait sa retraite » en finissant son tweet par le hashtag #Coronavirus.

Double sodomie et « distanciation sociale »

En fait, le beau Johnny est au chômage technique. Il a simplement mis sa carrière sur pause le temps de l’épidémie. Plus tard, l’acteur, âgé de 27 ans, a précisé sur sa page dédiée GayVn qu’il était « bien trop jeune et trop chaud pour prendre sa retraite. » Il est actuellement en quarantaine, chez lui, à Atlanta. Le roi de la double sodomie a suspendu tous ses tournages avec d’autres acteurs et performera uniquement en live et en solo ces prochaines semaines.

Une décision que le performer, bisexuel, marié et père de famille a pris seul. Une sage décision, tant les risques de contagion lors d’un rapport sexuel sont forts et peu compatibles avec les mesures de  « distanciation sociale » préconisées par les autorités sanitaires.

« Je veux donner de leçons à personne, chacun est libre de faire comme bon lui semble. Mais moi, j’aurais vraiment l’impression d’être égoïste si j’expose quiconque à des risques. » explique la jeune pornstar à TÊTU.

A LIRE AUSSI  >>>> Coronavirus : « Il faut éviter tout contact sexuel dans les mois qui viennent »

Mais l’industrie du X gay américaine n’a pas réagi aussi clairement. Et encore moins anticipé la crise du Coronavirus.

Tournage brutalement interrompu

La semaine dernière, les studios Falcon étaient dans le Tyrol autrichien pour shooter une série de scènes porno dans un hôtel. Le tournage a commencé le samedi 7 mars, avec un casting international réunissant les Américains Colton Reece, Cade Maddox, Dean Young, l’Anglais Josh Moore, le Québécois Skyy Knox, l’espagnol Pietro Duarte, mais également quelques stars du label BelAmi comme Peter Annaud et Jim Durden. Tout ce petit monde s’est déplacé en avion alors que la situation sanitaire était déjà très préoccupante en Europe. Et que l’Italie, pays frontalier de l’Autriche, était déjà en quarantaine.

Le tournage a été brutalement interrompu le mercredi 11 mars, suite à une déclaration faite à la télévision du président Donald Trump annonçant la suspension des vols en provenance de l’Europe vers les Etats-Unis en raison de la crise du Covid-19. Les acteurs ont été priés de rentrer chez eux. Les réalisateurs Mr. Pam et  Steve Cruz et Leo Forte sont rentrés à Las Vegas et se sont placés eux-mêmes en quarantaine. « Toutes les productions Falcon sont annulées pour le mois de Mars » a confié la productrice et réalisatrice au site Str8upGayPorn.

« Je tourne quand même »

Mais aux USA, malgré la crise sanitaire, l’industrie du X continue de produire du contenu. Si de gros studios comme Falcon, Men.com et Next Door, ont annoncé une pause dans leurs tournages pour le mois de mars, d’autres, plus petits, continuent de produire des scènes quasiment toutes « bareback », car depuis l’avénement de la PrEP, la quasi-totalité des studios de porno gay shoote désormais sans capote. L’acteur Daniel Hausser est l’un des twinks les plus demandés du moment. Joint par TÊTU, il confie ne pas avoir cesser de tourner :

« J’ai eu trois tournages ces derniers jours. Lundi encore, j’ai tourné des scènes parce que les gars ne pensaient pas que c’était super grave. Je vis à Vegas et il y a pas mal de studios de porno gays installés ici avec qui je peux bosser. Mais depuis mardi, tous les tournages sont annulés. Enfin surtout parce que les studios ne veulent plus faire prendre l’avion aux modèles. Les tournages qui nécessitent de prendre un vol représentent 90% de l’industrie. Mais je peux quand même tourner avec des studios locaux. Même chose pour les acteurs d’autres régions, ils peuvent travailler avec des studios basés là où ils habitent. »

Une rare photo habillée de Daniel Hausser, l’un des « twinks » les plus demandés du porno gay US.

Vu l’ampleur de l’épidémie, sa contagiosité et son…



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *